Visite del Rancho Tabacon près de Cano Negro – Veracruz los chiles


Si l’est un lieu fantasque c’est bien celui-ci détenu par un tico, Don Adan, fou de buffles, de crocodiles et de démonstrations de chevaux dressés.

Pour trouver l’endroit il faut être accompagné car on peut passer sur la route, devant ce ranch sans se rendre compte qu’il s’agit bien du Rancho Tabacon. Sur la route en revenant de Cano Negro non loin de champs d’ananas, se trouve cet endroit improbable.

De l’extérieur un beau mur peint et ceint d’un cheval noir, d’un crocodile et d’un lac vous donne le ton !

Construction traditionnelle sur le modèle d’un Palenque indigène. C’est un endroit exceptionnel et totalement préservé du tourisme de masse. Le propriétaire, un Tico caractériel ne s’en laisse compter par personne et fait tout comme il veut. Il garde une trentaine de crocodiles de plus de 4 mètres par exemple, dans un lac clôturé, élève des buffles, et dresse des chevaux… mais aussi des « Gaspards » ce poisson qui est le chainon manquant entre le repile et le poisson.

Tout d’abord entrons dans le restaurant car la faim vous tiraille l’estomac.

Tout est en sol battu, d’une terre rouge, le bâtiment tout de bois vêtu et les tables du restaurant tout en bois, réalisées autour de bacs à poissons et d’un bar. Au fond la cuisine qui ferme le tout vers le parking. C’est là que l’on cuisine tous les plats typiques du pays. Le restaurant du Rancho, au passage est excellent et vraiment pas cher, propose la chair de Gaspard à son menu. C’est le seul endroit du pays où vous pourrez le gouter. Ils tournent comme des derviches tourneurs dans un bac d’eau – attraction des touristes. On peut ainsi s’installer et voir le paysage environnant constitué d’un petit hôtel et d’une piscine et surtout en contrebas l’étang avec les fameux crocodiles.

Un musée des objets du 20e siècle nous entoure et un lac avec des crocodiles va vous faire un effet du tonnerre.

Tout d’abord le spectacle commence avec une bière du cru que l’on boit à la bouteille et le buffle qui vient se poster sous un haut vent pour que vous, touristes, puissiez-vous faire photographier dessus. On vous aide à monter sur cet animal énorme à l’aide d’un escabeau de bois. Parents, enfants sont de la partie. Ce dernier avec ces cornes bien enroulées est d’un calme olympien, malgré le bruit et les gens l’assiégeant.

Puis le spectacle continue avec le propriétaire Don Adan qui vient vous faire une démonstration de dressage des chevaux du cru. Un cheval haut sur pattes, qui en mesure et pendant un temps certain, quitte à en avoir les naseaux qui crache de la bave, fait des pas, sous une musique endiablée. Quadrille, pas de deux en diagonale et tutti quanti.

Entretemps les plats arrivent comprenant le fameux poisson Gaspard à la chair douce, les morceaux de viandes et de poulet agrémentés de plantanos (bananes cuites formant une galette). Un régal ! Vous êtes facilement repu par l’abondance. Une fois le café bu nous allons à la découverte du musée.

Le musée est un spectacle à lui-même. A la droite du restaurant on passe à travers des étables pour finir dans un grand couloir où le clou de l’endroit est la voiture rouge du cru, un peu à la Starsky & Hutsch des années quatre-vingt.

Puis un établi où l’on trouve toute sorte d’objets plus ou moins kitch – entre des objets traditionnels précolombiens aux haches utilisées sur le site. Un bric à brac incroyable ! Quand on pousse plus loin on peut découvrir les instruments du monde agricole local et tout un set de télévisions des années quatre-vingt chapotées par des morceaux d’arbres.

Une église, de terre battue et de bois, est même présente avec sa grande croix plantée dans le sol rouge. Impressionnant le bazar qui s’y trouve. Mais cela enchante les ticos qui viennent s’amuser ici et redécouvrir leur histoire.

Et enfin nous descendons la colline pour atteindre le fameux étang aux crocodiles. Et là vous retrouvez Don Adan, assis sur ces énormes animaux de quatre mètres de long aux mâchoires bien lourdes et qui attendent avec calme les poulets crus qu’ils vont pouvoir aller digérer dans l’eau de l’étang. Mais le spectacle ne s’arrête pas là : le propriétaire s’assied puis s’allonge sur ces bêtes, met sa tête dans leur gueules…. Et je vous en passe.

Les crocodiles nagent dans l’étang plein de vase et de fleurs vertes. De temps en temps vous voyez s’extraire une tête ou bien le corps entier de ce mastodonte. Et vous les voyez arriver vers le rebord pour récupérer un morceau de viande ou jouer avec leur maître.

Il parait qu’il lui faut aller tous les jours toucher ses crocodiles car ces derniers l’oublient très vite et risque de l’engloutir.

Je dois dire que j’ai été non pas fascinée par ce dernier spectacle mais dégoutée et je suis partie avant la fin.

Mais bon c’est un moment de drôlerie, de retour en arrière et de spectacle grandiose, dans un une installation exemplaire qui vous fait vous sentir au bout du monde.

Paris le 22 avril 2022.

Liens : https://www.youtube.com/watch?v=GM4TgNp4FGg

Catégories :Costa RicaTags:, , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :