Voyage au bout de l’enfance de Rachid Benzine – un livre inoubliable


Voyage au bout de l’enfance ou voyage au bout de l’enfer, est le récit d’un enfant à qui l’on a volé son enfance – trop tôt, trop jeune, trop naïf – dont les parents l’emmènent en Syrie à Raqqah pour une idéologie musulmane incompréhensible.

Cet enfant rêvait de poésie, de déclamer des poèmes devant son maitre d’école à Sarcelles le jour de son départ. Et ses parents l’embarquent de force pour la Syrie – non-lieu, endroit où la mort joue avec la bêtise humaine.

Où de Fabien il devient Farid parce que c’est mieux là-bas et qu’il apprend le Coran comme une poésie à la Prévert. Lui dont son maître avait prédit qu’il serait un grand poète ! Et qui hélas va vivre de désillusions en désillusions – survivant d’une idéologie obscure qui met tout sous coupe réglée et qui tue.

Il continue à écrire en cachette des poèmes, déchirés par des adultes. Il va apprendre des slogans pour tuer les ennemis de Raqqah, devenir un enfant qui tue avec des balles réelles d’autres enfants ennemis. Il découvre la méchanceté avec la joie d’avoir un chien, un petit chien qui remue la queue quand il le voit et le nourrit.  Un adulte coupe la gorge au chien et le petit Farid apprend la dureté dece monde adulte qui n’a ni foi ni loi. Tout cela dans l’inconscience de parents qui ont voulu aller là-bas et qui finissent par regretter et mourir pour une idéologie qu’ils ne comprennent plus.

Vivre avec la trouille au ventre et ne pas comprendre ce monde d’adultes.

Ce livre simple et court est poignant et je vous le recommande.

Il fait froid dans le dos sur la bêtise humaine qui nous entoure. Sur des parents inconscients de leurs actes idéologiques qu’ils imposent à leur famille et à leurs enfants.

« Il dit non de la tête

Mais il dit oui dans un soupir

Il dit oui à ce qu’il aime

Il dit non à son émir

Il est debout

On le questionne

Et tous les problèmes sont posés

Soudain le fou rire le prend

Et il efface tout

Les sourates et les mots arabes

Daesh et les lionceaux du califat

Les massacres et les attentats-suicides

Et malgré les menaces de l’émir

Sous les huées des enfants prodiges

Avec des craies de toutes les couleurs

Sur le tableau noir du malheur

Il dessine le visage du bonheur. »

Tout est dit dans ce poème.

18 Janvier 2022.

Catégories :Europe, FranceTags:, , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :