Les fjords de Milford – dit Milford Sounds – 2e épisode


IMG_8537

Eh bien nous voilà posés et rassurés, les pieds sur la terre ferme, partant à l’approche du port qui nous permettra de rejoindre le bateau qui nous fera voguer sur les eaux du fjord de Milford. Une petite marche d’un kilomètre nous détend à travers les forêts tropicales et les eaux agitées du fjord. Attente dans le hall de départ puis nous rejoignons le bateau Mitre Peak qui va nous emporter pour visiter le fjord et découvrir ses beautés. Je me sens heureuse comme pendant tout ce voyage effectué en Nouvelle Zélande. Mon cœur s’emplit des beautés de ce monde de l’hémisphère sud.

Le soleil est au rendez-vous – ce qui est surprenant pour Milford qui est toujours venté dans le brouillard et balayé par les pluies. Je vous rassure la pluie sera notre consœur à certain moment du voyage.

Rien de plus merveilleux que le spectacle qui s’offre à nous et qui va aller en se démultipliant. Tout d’abord la vue du port sur les montagnes environnantes. Les montagnes et les langues de terre boisées qui ferment le port et vous donnent un avant-goût de ce qui vous attend. Il doit son nom au port naturel gallois appelé Milford Haven. Et puis ces montagnes qui se profilent et se reflètent dans les eaux. Cela me fait penser à Guilin en Chine.

Et nous voilà partis : Vogue la galère, la terre nous échappe et le pied marin qui n’est pas le mien donne le ton. Tangage et roulis seront les maitres mots de cette excursion. Car les forces s’affrontent tant dans les airs que sur la mer.

J’ai l’impression d’être comme les maoris arrivant en ce lieu, qu’ils ont nommé : « Piopiotahi » qui signifie l’endroit où chante la grive qui a aujourd’hui complètement disparue

Nous entrons dans le fjord qui mesure seize kilomètres de longueur et qui a de multiples beautés à nous offrir. Décrit par Rudyard Kipling comme la « huitième merveille du monde », le Milford Sound a été sculpté par les glaciers il y a des milliers d’années.

Les falaises du fjord s’érigent verticalement des eaux sombres, les pics montagneux touchent le ciel et les cascades chutent sur plus de 1 000 mètres. Les premières sont les chutes d’eau permanentes : the Lady Bowen Falls and Stirling Falls. Elles s’explosent sur la roche et lâchent leurs eaux sur la paroi recouverte de forêt tropicales.

Plus on s’éloigne, plus la vue panoramique est extraordinaire sur les montagnes et les pics enneigés dont celui de Mitre qui culmine à 1692 mètres. La profondeur du lac dépasse à peine les 400 mètres. Les eaux sont sombres et se mélangent d’eau de mer.

Je regarde avec émerveillement la vue sur les montagnes qui enserrent le fjord et les nuages commencent à apparaitre pour faire une farandole dans le fond sur la neige. Les chutes d’eau se font pléthore et lâchent leurs eaux sur les parois rocheuses grises. Le paysage est dantesque. L’eau résonne. Le chenal du fjord se resserre et se referme par endroit. On pourrait se croire isolé et seul mais que nenni les bateaux se suivent et longent les côtes. Nous continuons notre chemin pour finir par croiser des otaries qui se font dorer la pilule sur des rochers. Nullement perturbés par les bruits des bateaux ou bien des vagues formées par les flux de ces derniers et des clics des photographes qui les admirent. Ils sont affalés sur la roche comme de gros tas. Ils se confondent parfois avec les touffes de mini roseaux secs dits tussack qui sont sur les roches.

Puis nous continuons notre chemin et les chenaux sont de plus en plus étroits et les montagnes de plus en plus hautes. La roche est apparente et souvent recouverte de mousse ou d’arbres de la forêt primaire. Arbres tous petits, ronds et désespérément accrochés à la roche. Le soleil caresse la roche et nos épaules sont fouettées par le vent. Nous continuons notre chemin et les nuages par-ci par-là se montrent pour nous signifier que le temps va changer. Rien d’étonnant puisque Milford est connu pour ses pluies permanentes.

Et enfin nous atteignons la mer de Tasman avec une ouverture complète sur cette dernière. L’horizon s’élargit devant nous comme si une porte s’ouvrait sur le monde. Les courants entrants de la mer et les courants du fjord se heurtent et font une danse qui fait tanguer le bateau. Nous avec !

Cette mer immense qui est assez violente et dont l’accès est bouché par des roches visibles ou recouverte par l’eau. La baie est immense, ouverte à tous les vents et les azurs. Les nuages se font de plus en plus présents et commencent à boucher le ciel.

Se retournant et revenant sur nos pas, puisque nous devons revenir au port, les nuages bouchent la vue et recouvrent les montagnes qui tombent à pic sur les eaux foncées du fjord. Une barre se fait sur les pics et on dirait qu’ils sont voilés dans leur milieu. Parfois on ne peut plus voir qu’une échappée entre deux eaux de nuages, un pic qui disparait ou réapparait dans son milieu. Un paysage incroyablement beau qui m’enchante par ses coulées et langues de nuages. Des danses aquatiques « nuagesques » !

Puis nous retombons sur une colonie d’otaries qui prennent le soleil et ne daignent même pas lever un œil sur notre passage. On peut alors admirer leurs nageoires dorsales étalées qui sèchent au soleil. On dirait un éventail noir dont les branches sont bien séparées. Rien ne les perturbe.

Nous retombons sur une chute d’eau qui fait dévaler ses eaux avec une force décuplée et nous nous approchons tellement que nous recevons des baquets d’eau sur la tête pour notre plus grande joie ou frayeur. Nous reculons dans le bateau mais qu’à cela ne tienne nous serons trempés et c’est une habitude pour moi. A regarder c’est juste magnifique et la force est vraiment incommensurable. Puis tournant la tête nous apercevons un arc-en-ciel qui se glisse sur les eaux sombres du fjord. Il est immense et s’étale avec les effluves des eaux de la chute. Je me régale à voir cet arc se mirer et nous offrir son plus beau sourire sur ce plus beau paysage.

Les montagnes sont là avec la neige sur les pics et nous croisons un bateau de croisière le Caledonian Sky qui parcoure comme nous le chenal.

Puis nous revenons après nos deux heures de croisière au port pour aller reprendre notre vol vers Wanaka qui va nous faire découvrir d’autres sommets.

Mars 2020

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=Srprjc1J9qo

https://www.youtube.com/watch?v=cv6txFg_Waw

 

Catégories :Nouvelle Zélande, OcéanieTags:, , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :