Wanaka Milford – le vol du siècle sur les glaciers Vol aller – 1er épisode


S’il y a des moments où la vie vous fait palpiter, le voyage en coucou, de sept personnes maximum, pour voir les Milfords Sounds fait partie de ceux-là. J’ai revu en mémoire, à cet instant-là, les vols effectués au Botswana avec les as du vol et j’ai eu l’impression de revivre cette période, dans un lieu différent.

Après un déjeuner au restaurant Chez Florence, j’ai filé en voiture vers l’aéroport de Wanaka, à une demi-heure de la ville.

Là premier choc : la taille de l’aéroport – minuscule. Mais bon fallait pas s’attendre à un aéroport international ! Deuxième choc : la taille de l’avion et là je me suis fait un film – vol au-dessus des glaciers avec un minuscule engin volant ! Oh là là, le trouillomètre s’est mis en marche et je me suis demandé ce que je faisais dans cette galère que j’avais choisi ! Et puis il a bien fallu embarquer tout le barda des appareils photos, sac… et le coucou il n’y avait pas la place pour tout. Je me suis retrouvée derrière le copilote, touriste comme moi, le sac entre les pieds et moi assise avec les genoux sous le menton ! Pas pratique quand on a une heure de vol coincée. Mais bon j’ai survécu avec quelques crampes à l’arrivée et une envie féroce de me dégourdir les jambes.

On s’est tous installé, les premiers devant et les derniers à l’arrière, en entrant dans un ordre bien précis. Puis on a mis nos écouteurs, on a attaché nos mini-ceintures de sécurité et en trois mouvements nous nous sommes lancés sur la piste. Le vent nous faisant valdinguer d’un côté et de l’autre sans grand incidence. Puis nous avons décollé d’un aérodrome de campagne et avons survolé le lac Wanaka dans sa partie sud, pour survoler les montagnes dites les Alpes du sud et rejoindre la mer de Tasman et enfin atterrir à Milford.

Cela ne se fait pas en trois minutes ! Le vol aller-retour et la balade en bateau sur le fjord compte quatre heures au total. Mais comme cela est extraordinaire. Cela en vaut la chandelle, le déplacement et les quelques peurs.

Quel magnifique vol ! Le démarrage sur les campagnes environnantes de Wanaka, verdoyantes, dont les champs sont comme peignés et ceinturés d’une rivière et des montagnes immédiates – contres-forts des Alpes du sud. On survole la vallée Matukituki avec ces alluvions blanches et grises qui forment comme des coups de pinceaux dans la terre et dessinent des chemins improbables à suivre. Enfin nous nous approchons du Mont Aspiring et de ses sommets enneigés, qui forment des vagues s’enquillant les unes dans les autres, toutes blanches.

Il s’élève jusqu’à 3 033 mètres d’altitude. Le peuple Māori le dénomma Tititea, ce qui peut être traduit en « pic luisant ». Dénommé en décembre 1857 par le gouverneur de la province d’Otago, John Turnbull Thomson. Il est aussi souvent appelé « Matterhorn de l’hémisphère Sud », du fait de sa forme pyramidale quand il est vu de la rivière Matukituki. Il est à la jonction de trois systèmes glaciaires majeurs : celui du glacier Bonar, dont les eaux s’écoulent vers la rivière Waipara, ainsi que ceux du glacier Volta et du glacier Therma, qui tous les deux s’épanchent vers la rivière Waitoto.

Plus de cent glaciers recouverts de blanc, nous surprennent pendant notre vol. D’un blanc si pur que l’on est ébloui et incapable de détacher ses yeux de cette pureté. On peut admirer les glaciers blancs qui coulent dans la vallée comme des langues non pas de feu mais des coulées blanches immaculées. La roche autour est marron foncé et est parfois recouverte de spot neigeux comme des petites tâches égrainées. A certains endroits la neige est rosée et il m’a été dit que cela provenait des cendres des feux d’Australie. Je ne sais mais cela est étrange. Puis nous continuons notre vol sur les plateaux de glace Olivine avec des vues sur les crêtes montagneuses blanches.

Puis tout doucement on approche de la mer de Tasman en croisant des lacs bleu- foncés, des forêts denses tropicales, non loin de Martins Bay, pour finir par faire un tour au-dessus du fjord de Milford que nous survolons. Nous apercevons l’entrée du fjord avec les remous entre la mer et la langue du fjord. Et nous finissons par nous engouffrer dans le fjord. Celui-ci vous happe et vous brinquebale. Le chemin est étroit et forme comme une langue et atterrir est sportif car il y a peu d’espace et la piste est courte. Le risque est de louper la piste et de finir au choix soit dans l’eau du fjord soit se fracasser sur les montagnes juste en face.

Mais nous avons affaire à des as du vol et atterrissons tout en douceur. Pas de vent pour nous faire tanguer. Ouf nous sortons du cockpit au grand plaisir de mes jambes qui rêvent de se délasser.

Mars 2020.

Lien :

https://www.southernalpsair.co.nz/scenic-flights/milford-sound-glacier-flight-cruise/

 

Catégories :Nouvelle Zélande, OcéanieTags:, , , , , , , , , , , , ,

1 commentaire

  1. Chouette vol bien qu’impresionnant 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :