Street-art in Palma


Il n’y a pas une ville que je visite sans que mes yeux recherchent du street-art.

Et une fois de plus dans cette ville de Palma la réponse a été à la hauteur de mes recherches.

Me baladant dans le vieux quartier de Palma, proche de la cathédrale, nous avons croisé des œuvres de street-art.

Tout un mur : des maisons qui avec des bombes dessinent des fantômes ; marque la détresse humaine dans le corps replié d’une femme bleue ; ou cet homme qui mord entre ses dents un os comme pour éviter de crier ; ou une sorte de chien boite de conserve qui peut servir de poêle. Et là ce n’est que mon imagination qui raconte. La maison base du dessin marche, les pieds dans des tennis et recrache par ses tuyauteries les déchets humains que nous débitons toutes les secondes de la journée et de la nuit.

Ce visage mauve, si tendre de cette femme qui porte des stigmates jaunes sur les pommettes de ces joues, signé du nom l’artiste de Zon. Je retrouverais au détour d’une rue, plus loin, ce visage mauve aux pommettes jaunes qui recouvre un mur sur toute sa hauteur. Les lèvres de cette femme sont mauves et surtout elles donnent envie des les sucer, de les bécoter et de les aspirer dans un tendre baiser. Et je la retrouverais une troisième fois au détour d’une autre rue de face cette fois-ci, toujours avec ses pommettes jaunes et sa masse de cheveux coupés au carré. Une signature du même auteur je suppose, reconnaissable aux couleurs et au visage qu’il peint.

Plus loin on croise sur un mur un coq qui a dû lancer une parole ou un cocorico dont on ne voit plus l’énoncé et qui est assis sous un nom Fistki.

J’ai trouvé aussi très drôle cet abri pour chats errants ou pas qui peuvent venir se reposer ou s’ébattre avec d’autres chats.

Au détour d’une autre rue, un visage où seuls les yeux et le nez apparaissent et forment l’ébauche d’un visage et au fond de la ruelle un vélo est accroché en décor sur une grille avec en dessous des écrits roses et jaunes.

Et à l’entrée de la Plaza Mayor se trouve ce joli petit rat habillé d’une jaquette et d’un chapeau melon. Il m’a attiré et me plait beaucoup. J’en ferais bien mon effigie. Sa cravate rose et ses souliers blancs sont très stylisés et il a un côté un peu mafieux !

Dans un autre style des ronds avec des textes sont collés aux murs : « tu me tas coses que jo no se explicar » ! ou bien « gracias por el tiempo que me das » ou encore « love is the best ».

Et sous un abri cette bête noire étrange avec un œil grillagé pour visage qui tourne le dos à une visage ovale bleu au nez formé par une carotte et dont les cheveux sont jaunes signé Hehe.

Ces peintures auront alimenté ma curiosité et surtout m’ont attiré par leurs couleurs et leurs formes.

 

Palma, Avril 2019.

Catégories :Espagne, Europe, Non classéTags:, , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :