Street art à Barcelone


Tout commence avec une poignée de porte d’immeuble en forme de chien que j’ai trouvé d’une élégance incroyable et qui m’a tapé dans l’œil.

La porte était couverte de tags qui rendaient le tout burlesque.

Puis dans la rue juste en face de la maison Guëll se trouvait une devanture dont les grilles étaient couvertes par un dessin d’un jeune homme chantant entouré de spectateurs dans têtes.Ubuesque !

Puis s’enfonçant dans les ruelles entourant les rambla on pouvait voir toujours sur les grilles des magasins des têtes de chiens bleus, des têtes d’hommes à la barbe qui s’allongeait et finissait on ne sait où !

Des portes magnifiquement travaillées taguées en différentes couleurs du blanc au orange avec une tête de chien là aussi stylisée avec un seul œil et une mèche en forme d’interrogation !

Ou bien une grille d’une porte avec le visage d’une enfant africaine entourée de tags et surtout d’une sorte de cafard volant et d’un homme marchand avec un œil à la place du visage !

Ou encore une sorte de poulpe jaune avec un œil bleu qui vous regarde et vous inspecte jusqu’aux tréfonds de votre âme.

Ou encore ce visage à la Tintin et aux cheveux rouges qui a la bouche ouverte et se moque de vous. On le retrouve plus loin au visage vert et aux cheveux bleus avec un nez en forme de carotte rose avec un zombi jaune derrière sa tête. Effet bizarre !

Ou bien ce visage fin de femme aux cils allongés et aux paupières fermées dont le rimmel coule sur le visage et vous donne à comprendre que vous êtes devant une boutique de tatouages.  Une jolie rose orne le bas du dessin et les lèvres pulpeuses pourpres vous allèchent. Son œil au milieu du front vous aspire et en même temps vous repousse.

Un autre zombi jaune avec ses yeux tout alanguis vous regarde et on dirait un shadock endormi !

Un mur complet, lorsque l’on se dirige vers le musée Picasso, dédié aux femmes : de toutes les couleurs de peaux, de robes, de foulards ou de chapeaux, ou bien de formes de corps. Je ne sais quel est le slogan entre les croix, les bras en l’air ou les bras le long du corps. Mais on ressent une certaine harmonie et une joie d’être ensemble.

Ce corps de femme, jaune, aux seins allongés et tombant, qui est peint sur une porte ne bois, aux mains et pieds rouges dont le visage est inexistant et recouvert d’un affichette « Hot fire » me fait mal et rend mal à l’aise. Un des bras allongés a été coupé. Triste caricature d’un corps blessé.

Et là un cœur où le visage d’une femme transparaît avec des ailes d’ange roses qui volent et des slogans incompréhensibles. Et cette autre porte avec cette sorte de méduse blanche dont ressort un œil, forme humaine dont le centre est l’œil avec au-dessus un singe qui se moque et se frappe la tête en lisant un livre ! Caricature de l’homme que nous sommes !

Et je terminerais par la reproduction d’un tableau de Picasso qui a ravi mon œil !

Novembre 2018

Catégories :Espagne, EuropeTags:, ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :