Lisbonne – Eglise Sao Roque et son musée


Parmi les pérégrinations dans Lisbonne une visite à l’église Sao Roque mérite votre attention. Et la mienne en fut bonne pour cette visite.

Montée dans le Bairro Alto et en prenant du mirador San Pedro de Alcantara vous passez devant l’église Sao Roque et la place Trinidade Coelho. Devant vous se tient une façade blanche sans fard ni décoration de l’église Sao Roque. Pas de fanfreluches, pas de décorum rien qui ne vous prépare aux fastes délirants de l’intérieur de l’église.

Vous poussez la porte et là vous vous trouvez devant l’église baroque d’une très très très grande richesse à vous couper le souffle.

Un peu d’histoire : l’église a été construite et surtout finalisée en 1565 par Filippo Terzi. La façade est d’une rigueur géométrique qui contraste avec la richesse intérieure. Elle est construite sur un cimetière où sont enterrés les malheureux atteints de la peste. San Roque ayant lutté contre la peste et réalisé un certain nombre de miracles contre cette maladie. L’église a été construite sur le site de l’ancienne chapelle manuéline dans la seconde moitié du XVIe siècle, et Afonso Alvares en était l’architecte, maître d’œuvre de Jean III.

Elle se compose d’une nef et de huit chapelles latérales. Dont une très connue pour ses pierres de lapis-lazuli, agate, albâtre, marbre blanc de Carrare, améthyste, porphyre pourpre, jade et bien d’autres pierres : la chapelle baroque Sao Joao Baptista.

Ces chapelles sont d’un baroque représentant le 17 au 18eme siècle au Portugal. Chargées d’or, de sculptures dorées, de reliquaires et d’images de la Vierge, d’azulejos et de magnifique bois de jacaranda.

Sont aussi exposées toute une collection de reliques sur les côtés de l’autel.

Et rien ne vaut le détour vers la sacristie. Là vous avez pour vous seuls des tableaux d’une richesse incroyable. Les tableaux sont superposés sur trois niveaux. Ils sont de trois peintres différents André Goncalves, Reinoso et de Domingos da Cunha. Cela vaut le détour pour la paix intérieure que l’on peut y trouver, la quiétude versus l’intérieur de l’église et surtout le plafond en forme de berceau renversé en palissandre, en bois de rose et en ébène, avec des incrustations d’ivoire qui  remontent au début du XVIIe siècle.

Le plancher est aussi une merveille de simplicité sur un bois rare. Lequel je ne sais pas mais il m’a particulièrement plu. Et le plafond est d’une rare beauté !

A côté se tient le musée Sao Roque – une pure merveille. Tout d’abord le site autour d’un cloître où l’on peut se reposer et se rafraîchir autour d’une fontaine et de grands bambous. Ce cloître a été réaménagé de manière moderne. Il abrite le musée qui détient tous les trésors de la chapelle Sao Roque : tant des objets religieux, que des peintures, les chasubles des prêtres, la reconstitution d’une chapelle et des meubles en marqueterie d’origine chinoise. Un détour vaut vraiment la peine.

Site web : http://www.museu-saoroque.com/pt/igreja-de-sao-roque.aspx

Catégories :Europe, Non classé, PortugalTags:, , , , , , , , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :