Zanskar quand tu nous adoptes ! – épisode 3


Puis la vallée s’élargit pour faire place à des champs verts. La rivière s’étale sur des kilomètres pour prendre toute la largeur de la vallée. Le vent s’engouffre et fait tourbillonner le sable. Les nuages parsèment leurs ombres, au-dessus des montagnes et du fleuve comme des auréoles ou de longues traines. Le fleuve s’enfonce dans le sable et son lit devient immense. Il s’offre, comme une femme heureuse, de retrouver l’homme qu’elle aime. Elle écarte ses cuisses pour se laisser submerger, irriguer par les rigoles d’eau. L’arrivée sur Rangdum à la tombée de la nuit, au coucher du soleil, léchant les montagnes striées, peignées de couleurs beige, marron, roses et vertes donnent un spectacle féérique. Et au bout, on peut voir, perché sur sa colline, esseulé, le monastère de Rangdum, fouetté par le vent. On pourrait y ressentir toute la désolation du monde, l’abandon du Tout Puissant à la nature. Mais rien n’est moins vrai. En fait on ressent une osmose avec cette nature, mère de tous les emportements et beautés offerts aux pauvres et petits hommes que nous sommes. Elle est enivrante et captivante, parfois sauvage et meurtrière. Mais elle ne laisse pas indifférente. Elle donne à méditer sur notre condition d’être humain et sur nos pauvres petits tourments. Je ne savais pas mais en 2000 trois moines et un touriste allemand furent tués par des kashmiris à cet endroit même. Je vis décidément dangereusement !!!

Puis le matin nous assistons, au monastère, aux préparations du festival qui se tiendra dans la journée. Tous les nomades et habitants du coin viendront et se réuniront pour effectuer les prières. Après une séance téléphone, qui daterait, chez nous, de plus de 50 ans en arrière, comme l’histoire du télégramme chanté par Yves Montant et Simone Signoret. Cela m’a fait sourire tellement cela valait son pesant d’or. Un vieux bigophone avec un fil et un entonnoir pour une oreille et l’autre pour parler !!! Il passait de mains en mains et de bouches en bouches, chacun s’essayant à parler ou à hurler plus exactement ! Puis les moines vaquèrent à leurs prières ou à la préparation du beurre pour les offrandes et les cônes colorés. L’illustration parfaite du conflit modernisme et traditions déjà évoqué au Népal.

Nous reprenons la route. Nous continuons à traverser des régions où on ne sait plus, où la terre se sépare du ciel et des nuages. Des régions vallonnées, ressemblant à des déserts où les couleurs minérales de la nature sont obsédantes. Seules les neiges éternelles interrompent la couleur monochrome du paysage. Et puis le sol est jonché de touffes rêches d’herbes et de gros cailloux, sorte de toundra,  reste du soulèvement de cette région, il y a des millénaires. Il semblerait que cette région était une mer. La rencontre des plaques tectoniques, entre le continent asiatique et indien, l’a transformée en un des plus hauts plateaux du monde. Les contrastes sont les pics, les arrondis, les vagues que font les paysages avec le sol et les rivières, au courant d’eau bouillonnant et diablement sauvage. Et parfois un col où de multiples drapeaux de prière flottent et claquent au vent. Il rappelle que l’homme est passé par là et a marqué cet endroit saint. Et je pense en particulier à celui de Pensila (4400 m) qui fait face au glacier Dring Drung. Ce glacier est l’origine du fleuve Stod ou Doda. La particularité de ce glacier est le twist qu’il fait le long des montagnes pour se laisser glisser vers le fleuve et la vallée plus bas. A nouveau, on se sent tout petit face à ces chaines himalayennes. Elles écrasent le paysage et rendent l’homme dépendant de ses caprices. Puis la vallée s’élargit à nouveau, avant d’arriver sur Padum, laissant toute la place au fleuve Stod de vaquer à ses caprices. Il rejoindra la rivière Tsarap (Lingti ou Lungnak) un peu plus loin vers Karsha et deviendra le fleuve Zanskar. Ce dernier rejoindra, après un long trajet entre les gorges des montagnes, l’Indus à Nimu au Ladakh. La boucle est bouclée !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Catégories :Inde/continent indien, Non classé, zanskarTags:, , , , , , , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :