Rajasthan – Deshnok – Inde – épisode 4


  • Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Deux lieux m’ont particulièrement marqué pendant ce voyage : le temple des singes à Jaipur et le temple des rats à Deshnok.

  • Temple des rats à Deshnok

Ce temple est dédié à Karni Mati, femme mystique. Karni veut dire miracle et Mata, mère.  Son nom d’origine serait Ridhubai. Elle serait l’incarnation de la déesse Durgha, dite « l’inaccessible », manifestation guerrière de la divine mère Devi-Ma dans la caste Charan.

Il est impressionnant, pour nous étrangers, de pénétrer dans ce temple où l’on vénère les rats.  Les portes d’entrée du temple donnent le « la » : elles sont majestueuses, en argent et y figurent des représentations de rats. Ceux-ci se promènent en toute liberté. Ils grouillent de partout : on les voit en train de courir le long des couloirs, dans l’enceinte du temple ; de passer entres vos pieds ; assis sur le rebord d’une écuelle, en train de laper le lait qui leur est destiné ; ou bien en train de grignoter les grains de blé répandus sur le sol à leur besoin.

Ils sont au nombre de 20 000 et sont appelés en marwani « petits enfants ». Ils représentent les enfants de Karni Mati. Il faut savoir que le rat est la monture du Seigneur Ganesh. Ces rats sont sacrés et protègent les pèlerins. Il est dit que si vous en voyez un blanc tous vos vœux se réaliseront. Le rat blanc serait la réincarnation de Karni Mata, elle-même. Hélas je n’ai pas croisé le chemin d’un rat blanc !

Selon la légende locale, Karni implora le Dieu Yama, (le Dieu des morts, qui juge et distribue les nouvelles naissances à chaque vie selon ses actes), de ressusciter le fils aimé d’un de ses conteurs. Yama refusa, puis finit par accepter et autorisa Karni Mata à ramener parmi les siens non seulement l’âme du fils décédé du conteur, mais aussi celle de tous les autres conteurs, bardes et poètes en les réincarnant en rats.

Je trouve que c’est une très jolie histoire qui raconte à elle seule l’Inde dans toute la splendeur de ses légendes.

Dans ce lieu magique, j’ai fait la rencontre de deux jeunes femmes : l’une rajpoute, Sanju, et l’autre de Jaipur, Ridhu. L’une de tradition rajpoute, habillée de son sari jaune safran éclatant, l’autre moderne en jean. Toutes deux représentantes de deux mondes indiens qui se côtoient, s’interpénètrent et suivent les mêmes rituels. Deux beaux sourires, deux anges qui venaient prier la déesse Karni Mati avec leurs mères et qui ont croisé mon chemin. Elles m’ont expliqué leur venue pour la fête de Ridhu et nous avons écouté les musiques et les prières des bardes.

Un moment touchant, simple, vrai qui me va droit au cœur et que l’Inde sait offrir à celui qui sait s’ouvrir à elle.

Catégories :Inde, Inde/continent indien, Non classéTags:, , , , , , , , ,

1 commentaire

  1. Je ne suis pas sure que cela soit mon temple préféré
    Les rats euh je peux m en passer!!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :