Le château de Cormatin


C’est une très belle visite que celle de se promener dans le château de Cormatin.

L’histoire en est belle car ce dernier était dans un piteux état lorsqu’il fut découvert par trois amis qui décidèrent de le rénover. Il est racheté par Marc Simonet-Lenglart (à l’époque chargé de mission auprès de Jack Lang, au ministère de la Culture), Pierre Almendros et Anne-Marie Joly qui vont le rénover et lui rendre sa beauté.

Construit au 17e siècle, il comporte un parc de 12 hectares avec un labyrinthe, des bosquets, un potager et des dépendances.

Le château fut créé par la famille du Blé et il avait une forme en U dont une partie s’est écroulée suite à la transformation en usine (aile sud) en 1815. Cette aile a été transformée en jardin d’été ou orangeraie et y reçoit des expositions de peintre.

Pour la petite histoire Lamartine y fera plusieurs séjours et Mitterrand dès 1981 y séjournera de manière régulière.

Mais reprenons le cours de l’histoire !

En 1605 Antoine de Blé, descendant d’une très grande famille bourguignonne décide de reconstruire le château de Cormatin répondant au souhait d’Henri IV de voir la noblesse « habiter aux champs » pour rétablir la prospérité dans les campagnes. C’est une longue histoire de la famille de Blé d’Uxelles qui se suit pour finir dans la famille de Lacretelle, ami de Lamartine qui avait séduit Nina et dont il aura un fils Léon de Pierreclau. Puis le château sera vendu en 1898 à Raoul Gunsbourg (rien à voir avec le chanteur Serge), directeur de l’Opéra de Monte-Carlo. Il tombera en décrépitude jusqu’en 1980 où les trois compères vont lui redonner vie.

On ne peut visiter que l’aile ouest et nord du château sur le 1er étage. Mais que de merveilles à découvrir.

Tout d’abord l’escalier qui s’élève sur quatre niveaux et fait 21mètres de hauteur pour atteindre au 1er étage le salon bibliothèque où un mélange de style fait jour. Mais ce qui est remarquable c’est le plafond à la française avec des reliefs en papier maché et le tableau la ronde antique. Juste adjacente la chambre de Lamartine qui séjourna en ce lieu de manière régulière.

Puis on redescend pour pendre le couloir très foncé et atteindre l’antichambre où les nobles et les paysans attendaient d’être reçus.

Puis on traverse différents couloirs et salles. Les plus marquantes sont la salle à manger et la chambre de la marquise ; les cabinets où les seigneurs exposaient leurs objets précieux ; et surtout le cabinet d’harmonie tout d’or vêtu avec sa cheminée.

Je vais faire un aparté sur ce cabinet car cela mérite le détour. C’est la pièce la plus précieuse et la plus intime de l’appartement. On y trouve des visages féminins, des scènes où le blé est lié à la culture et évoque la moisson mystique. Le plafond du cabinet célèbre la renommée de la famille du Blé. Les caissons sont recouverts de feuille d’or. Pourquoi l’or ? Eh bien cela permettait d’éclairer avec une seule bougie la pièce entière car il faut savoir que l’on brulait une seule bougie car cela valait très cher. La cheminée avec un feu éclairait aussi cette pièce. Preuve à l’appui nous avons eu la démonstration avec l’équivalent d’une bougie, fenêtres fermées.

Puis nous nous faufilions vers la grande salle transformée en cuisine pendant la révolution pour arriver dans les appartements du marquis.

Les appartements du marquis sont là aussi un élément magnifique du château avec ses tapisseries de Bruxelles. Elles sont sur le thème des travaux d’Hercules. Elles représentent Méléagre partant à la chasse au sanglier avec Atalante et recevant l’aide de Castor et Pollux (1658). Les couleurs sont restées intactes, on peut encore voire le rose et l’orange. C’est le peintre Charles Le Brun qui avait composé les huit tableaux de l’histoire de Méléagre, transposés en tapisseries à la demande du surintendant des finances, Nicolas Fouquet.

De là on traverse d’autres salles pour finir sur la chapelle pour finir sur un couloir menant à une salle à manger mais surtout nous permettant d’admirer le poêle en céramique bleue.

De chaque pièce du château on a un aperçu du jardin style renaissance au-delà des douves. Je vais m’attarder sur le jardin potager où régnait couleurs, fleurs et douce folie.

Je vous souhaite de découvrir ce lieu magique et où la rénovation a redonné une âme à ce château.

Lien : https://chateaudecormatin.com/

Perrecy les Forges, le 10 aout 2022.

Catégories :Europe, FranceTags:, , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :