Le théâtre de La Fenice – Une histoire de flammes – Venise


Arriver à trouver le théâtre de la Fenice est parfois un parcours de combattant dans Venise. Il faut surtout trouver le passage et le pont sur le canal qui vous fait déboucher sur la place du théâtre. Cela demande de la patience, de la ruse et de trouver le bon panneau. Mais cela vaut le détour.

Le Gran Teatro de Venise se loge sur la place San Fantin, à deux pas de la place Saint Marc. Au détour d’une ruelle, le bâtiment apparaît. Pas très grand et dans un style néo-classique, La Fenice semble se détourner de la grandiloquence du style baroque. Mais derrière ses murs, l’opéra cache une salle de théâtre pompeuse et chargée en décoration rococo.

C’est un opéra construit à Venise au xviiie siècle dans le style néo-classique avec une salle proposant cinq étages superposés de loges finement décorées en rouge et or.

C’est l’un des plus connu en Italie avec La Scala de Milan.

Son nom Fenice veut dire Phénix – prédit un avenir fait de flammes – mais qui renait trois fois de ses flammes.

En 1773 ou 1774, le théâtre San Benedetto du quartier de San Marco de Venise brûle et la noblesse de la ville décide de faire construire une nouvelle salle par l’architecte Gian Antonio Selva. Elle est inaugurée le 16 mai 1792 avec un opéra et un ballet I giuochi d’Agrigento1 (Les jeux d’Agrigente) de Giovanni Paisiello.

Le 13 décembre 1836, le théâtre est détruit par les flammes. Reconstruit à l’identique par les architectes Giambattista et Tommaso Meduna et décoré par Tranquillo Orsi, il rouvre ses portes au public le soir du 26 décembre 1837.

Le 29 janvier 1996, alors que le théâtre est l’une des références mondiales de l’art lyrique, il est à nouveau détruit par un incendie criminel causé par deux électriciens d’une entreprise de maintenance, soupçonnés d’avoir mis le feu au théâtre pour éviter de payer des pénalités pour retard de travaux.

La reconstruction à l’identique de La Fenice et ressuscitera de ses cendres dans sa version de 1837. reprendra en 2001 pour finir au bout de 2 ans. En 2003 a lieu son inauguration.

On entre dans cette ambiance rococo et l’on peut alors admirer le plafond azur, chamarré d’anges et de musiciennes drapées dans des robes colorées jouant d’un instrument de musique ou simplement dansant.

La scène, au fond, avec l’orchestre, est entourée de petites loges. Tout cet apparat baigne dans l’or et les lumières !

Des décors de fleurs, de personnages, d’horloges et de corps de femmes en plâtre blanc font un décor des plus alambiqués mais qui reste très beau à regarder.

La loge centrale que j’imagine être celle des princes ou des invités importants regorge d’or et de lumières. On pouvait en regardant les miroirs, une superposition d’espace comme si cette loge se démultipliait.

Des petites loges pour trois personnes permettent de bien visualiser la salle.

Une salle d’apparat enluminé dans les roses et les mauves rendait irréel le lieu des bals.

Après à l’étage, on peut voir un certain nombre de photos des grands de l’Opéra dont la Callas qui était venue à multiples reprises chanter en cet endroit.

Et on peut apercevoir aussi une cour intérieure avec des arbres.

Un endroit magique comme il en existe à Venise et qui donne à imaginer les fastes qui ont pu se dérouler en ces lieux.

A visiter !

3 décembre 2021.

Catégories :Europe, ItalieTags:, , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :