Le canal de L’Ourcq – Rêver !


Coucou nous voici en balade le long du canal de l’Ourcq par un joli mois de mars où le soleil tape fort.

On se croirait en bord de mer avec ce canal où les gens se baladent, marchent au soleil ou bien sont assis les pieds pendant sur le bord de l’eau, sirotant une bière ou un café, fumant, profitant tout simplement du lieu, du temps, du vent et du soleil.

On peut même si le cœur vous en dit partir sur un petit bateau rouge voguer sur le canal et remonter jusqu’à Bobigny. Une idée de balade et d’échappée de la capitale refermée sur elle. Le nom des bateaux est le marin d’eau douce.

Et oui l’eau est douce, verdâtre comme celle d’un lac et quelques remous se font jour. Il est peu large et comprend un certain nombre de péniches qui sont amarrées au quai. Ainsi on peut profiter du paysage et voir le site de La Villette.

Et puis c’est chouette d’habiter ici car vue sur la mer et on s’y croirait presque !

Mais ce qui vaut le coup c’est regarder les tags et le street-art qui me fait des clins d’œil et me donne envie de parcourir le quartier.

Des visages de femmes côtoient les poubelles avec des chignons ou des cheveux longs bouclés.

Des pingouins vous font de l’œil et s’occupent de leur petit et regardant des poussins noirs qui ont des slogans au-dessus de leurs têtes. « Rêve, Lutte … Les gilets jaunes ras le fion ! » Cela nous parle d’une époque où les français se sont révoltés il n’y a pas si longtemps ! Cela donne le ton dans le quartier. J’adore la tête de ces poussins aux casquettes bleu blanc rouge à la mode de chez nous.

Et puis il y a ce visage bleu turquoise avec ses quatre yeux à la « Bouddha » qui fait penser à Bouddha et qui est gardé en bas par un chat. Les étoiles nous font rêver au temps meilleur.

A une porte une femme en blanc, de dos, avec son parapluie bleu à petits pois blancs essaie de traverser cette porte sans pouvoir y arriver. Elle nous laisse une envie d’y aller avec elle ou bien de chanter sous la pluie sous son parapluie. Les jolies chaussures noires du dimanche avec ses talons hauts vous invitent à la suivre.  Il est signé Bear Polar.

Et puis nous partons pour l’Afrique avec cette femme un peu himba à la coupe rasta de ses cheveux et à la natte qui li tombe au milieu des épaules.  Elle porte dans son dos un enfant, scint sur ses hanches et assis sur ses fesses rebondies. Les seins pointés comme des bombes et les bras ballants, droite comme un i. Elle est fière elle est belle et elle le sait. Elle se moque du regard et avance dans son songe.

Sur l’eau une péniche peinte sur son flanc attire l’œil par ses couleurs orange, bleu foncé, rouge et jaune. Mais surtout le visage qui renifle l’eau et sa main noire aux ongles blancs qu’elle regarde comme un objet magique. Des flammes empêchent le guépard de la rejoindre et de vouloir la croquer crue ?

Cette enfant au visage candide qui a les yeux fermés et dont les cheveux colorés portent des noms ou prénoms du monde entier ou pas ! Elle me fait m’évader du lieu et me transporte à travers le monde et les gens qui le composent. Elle semble réfléchir ou bien méditer, être ailleurs ou bien dans son monde intérieur. Ses mains aux doigts fins semblent caresser le passant et lui envoyer des ondes douces. Le lampadaire lui coupe le visage en deux mais ne change rien à la douceur de ce visage d’enfant.

Plus loin un autre animal sauvage semble s’être éloigné de son paysage habituel – il engloutit les passants qui passent et se moquent de leurs peurs.

Encore plus loin dans un coin un visage d’homme aux couleurs et formes mélangées, bigarrées nous interpelle. Le plus drôle c’est tout ce qui trône en dessous : nos ordures entre les sièges en sky blanc et les valises… Un déménagement en vue !

Et nous repartons avec des visages de femmes noires ou blanches aux cheveux mauves ou bien retenus par un foulard coloré et avec des boucles d’oreilles supportant Notre Dame. C’est tout un monde qui se profile devant nous.

Sur un autre pilier un chien avec une allumette va faire exploser le pont ? Ou bien la girafe et le caméléon qui lui font face vont-ils éteindre l’incendie ? Un bestiaire nous offre sa vue du monde et du monde du 19e arrondissement.

Et des fantômes repeignent les murs du pont avec comme visage des clefs et des serrures. Devons-nous trouver les clefs de ce quartier, de ce pont ou bien du monde qui nous entoure en cette période de Covid ?

Ou alors cet enfant fleur qui sort à peine du ventre de sa mère ou bien encore fœtus dont les papyrus vert, pâles, l’aspirent vers la vie ? Il enserre dans ses bras une fleur bleu turquoise représentant un smiley aux pétales roses. Un monde féérique !

L’artiste Selor a peint aussi une sorte de chien mi rat mi humain assis recroquevillé sur lui-même qui réfléchit et dis « si tu me colles je me casse ». Ca en dit suffisamment. Et dessus est collé un écrit pas forcément très lisible mais qui dit que les animaux sont mieux traités que les réfugiés. Triste monde dans lequel nous vivons !

Et un autre dessin de Selor où il est écrit : « Le pus difficile c’est d’être soi-même ». Quelle belle vérité !

J’agrée à cette pensée et lui en sais gré de nous l’exprimer.

Et puis ce collage sur un mur jaune « tu n’e pas seul-e » – triste vérité du monde dans lequel nous vivons.

Et je terminerais par ce collage peinturluré : « Fais pas chier les femmes dans la rue » qui est bien de notre temps et fait appel à toutes les informations de viol, inceste…. Qui parsèment le monde d’avant de d’aujourd’hui.

Je vous recommande de vous balader dans ce quartier rien que pour rêver, se croire sur un port ou bien près de la mer et oublier les soucis. A bon entendeur salut !

Paris le 14 mars 21

Catégories :Europe, FranceTags:, , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :