Ile de Pâques – Rapanui


 

ile de paques atacama jan 10 044

S’il est un lieu dans le monde qui m’a marqué c’est bien l’ile de Pâques.

Y arriver fut un exploit : traverser tout l’Atlantique pour atterrir à Santiago puis reprendre l’avion et faire demi-tour au milieu du Pacifique pour problème technique alors que vous volez depuis trois heures. Revenir à Santiago, attendre et encore attendre et reprendre un autre avion pour finir par arriver mort de fatigue sur cette ile mystérieuse. Et un atterrissage sur la seule piste capable de recevoir la navette spatiale américaine challenger tellement elle est longue.

Vogue la galère et rames ! On a dégusté ce moment où nous nous sommes posés sains et sauf.

Une bonne nuit et après le plaisir de fouler cette terre volcanique qui détient une énergie à laquelle je pense toujours et qui m’a accompagnée pendant des mois et des mois après mon retour en France.

Je repense à ce voyage car il fait écho à celui de la Nouvelle Zélande entre la terre volcanique qui la compose et son peuple les maoris.

Des volcans éteints mais aussi en activité si l’on pense à White Island en décembre 2019 qui s’est réveillé. Volcans éteints sur l’ile de Pâques où trônent de grands marais verdâtres. Paisibles jusqu’à quand ? Personne ne le sait ?

Mais le plus magique et le plus mystérieux ce sont ces statues plantées dans les champs volcaniques regardant le centre de la terre, dans des baies tournées et regardant la mer et ses arrivants – potentiels envahisseurs. Et ses hommes oiseaux qui pour régner sur l’ile plongent chercher l’œuf de l’oiseau à tête de sterne, le Dieu Make Make sur le pic en face.

Il faut du courage pour vivre en autarcie ici. Car l’histoire a parcouru cette ile de manière violent et n’a guère laissée de traces. Et en particulier aujourd’hui on se demande toujours qui sont ces habitants, qui ont créé les moaïs, ces statues immenses de pierre volcanique marron et rouge pour les chapeaux. Et pourquoi ont-ils disparus ?

Mais parcourons les plaines montagneuses vertes dont l’herbe est rase. L’ile est seule au milieu du Pacifique, seule au monde et l’océan nous entoure. Les vagues foulent et refoulent le long des côtes et les nuages sont du voyage. Mais le soleil de plomb affute son acier sur le sol et nous rend les marches épuisantes.

ile de paques atacama jan 10 165

 

Nous voulions visiter les moaïs nous y voici et ne rechignons pas devant l’effort !

L’origine des Moaïs provient des premiers habitants de l’iles, les matamua, originaires de la Polynésie voisine (si l’on peut dire !). Une grande majorité de sa population disparaitra avec l’esclavagisme puisqu’ils seront déportés au Pérou dans les années 1862. Et en 1888 ils deviendront chiliens puisque l’ile sera annexée.  En 1877 il ne restait que 111 Rapa Nui.

Cook comme en Nouvelle Zélande est passé par là et recensera les statues ainsi que les côtes de l’ile.

La culture des ancêtres est là aussi pregnante. Culture connue des amérindiens et des austronésiens. Les effigies sont immenses et ne sont toujours pas comprises par nos archéologues. La production de moaï cessa parce que le culte des ancêtres fut remplacé par celui de Make-make avec le rituel du Tangata manu, mais les causes de ce changement sont discutées et probablement multiples : problèmes climatiques, disette, guerre civile (si l’on suit la tradition orale), séisme et tsunami ayant renversé des statues (si l’on suit les traces de charriage), ces causes ne s’excluent pas l’une l’autre.

Mais parcourons les lieux que j’ai adoré et qui restent gravés en ma mémoire.

Tout d’abord le site dont les moaïs tournent le dos à la mer. Ce fut ma première rencontre avec eux et le choc fut immense. Les yeux blancs faits d’os de requins, manquent à l’appel mais la force de ces corps sur une plateforme est juste incommensurable.

ile de paques atacama jan 10 029

La nature elle-même est faite de champs d’avoine qui vole au vent et surtout les volcans affaissés et les plaines vertes qui rendent ce paysage plat et en même temps élevé par endroits. Les chevaux font partis du paysage – ils sont sauvages et parcourent l’ile comme bon leur semblent. La nature est sauvage, les animaux et les hommes aussi.

Et puis on atteint les carrières de Rano Raraku où se trouvent les excavations des Moaïs qui peuvent mesurer entre 3 et 21 mètres.

ile de paques atacama jan 10 112

Certains sont couchés et enfoncés dans le sol – surement en attente d’être transportés sur des rondins de bois vers les lieux de redressement sur les plateformes. Ils sont juste paisibles et beaux. Le visage tourné vers le ciel et regardant ce dernier comme on mire le futur. On les appelle « ceux qui regardent les étoiles ». Je les trouve impressionnants et en même temps si fragiles. Ils détiennent une part de notre histoire disparue.

ile de paques atacama jan 10 127

Puis continuant notre chemin on peut de loin apercevoir les Moaïs de Tongariki ; restaurés par les japonais et redressés. Ils regardent la mer, droits comme des I avec leurs chapeaux ou chignons  rouges (pukao) pour certains. Ils sont les seuls à regarder la mer. On les nomme les « Ahu Akivi ». Un nombre de sept moaïs. Ils ont des nez aquilins, des lèvres fines, des fronts hauts et de la barbe. Pour les atteindre on passe par des champs de demi-moaïs plantés dans la terre et restés là on ne sait pourquoi. Certains vous regardent droits dans les yeux et d’autres regardent le ciel comme si une attraction les avait faits pivoter sur eux-mêmes. Leur nez pointu et long me fascine. Ils ont un pouvoir attractif. On dirait des géants plantés là, oubliés de la Terre, oubliés des Hommes et martiens posés ici sur l’ile de Pâques. Juste impressionnant et magique de croiser ces hommes de tuf.

En les regardant ils sont tous différents et je m’aperçois qu’un oiseau est posé sur l’un d’eux. Je vous laisse chercher. Les yeux de ces Moaïs sont faits en os de requin pour le fond de l’œil et en corail noir pour imiter la pupille.

Et puis il y a la plage d’Anakena où trônent quelques Moaïs tournant le dos à la mer et à la plage de sable. La seule sur l’ile. Là on se croirait en Polynésie avec les palmiers et la plage de sable blanc. Un endroit de rêve !

Et mon lieu mythique c’est le volcan Rano Kau où a lieu la compétition de l’homme-oiseau Tangata Manu qui se déroule chaque année en septembre au moment de l’arrivée des sternes fuligineuses sur l’ile de Pâques. Il abrite le site d’Orongo.

Les compétiteurs descendaient la falaise jusqu’à la mer, puis nageaient sur une gerbe de roseaux jusqu’à l’îlot Motu Nui à 2 kilomètres, et se postaient auprès d’un nid de sterne. Le premier à recueillir un œuf fraîchement pondu devait le ramener jusqu’à Orongo. Le chef du compétiteur vainqueur devenait le tangata manu, l’homme-oiseau. Il se retirait alors dans une grotte et endossait, pendant un an, le rôle d’arbitre sacré des conflits entre les clans. Le culte de Make Make prit fin lorsque les missionnaires chrétiens l’interdirent en 1866.

ile de paques atacama jan 10 297

Cet endroit est magique. Le cratère, en son centre, est rempli de petits lacs qui enchantent le site et de joncs qui ponctuent de vert le lac, créent des mini-terres voguant et se déplaçant sur l’eau. Ces îles flottantes constituées de roseaux totora, d’une épaisseur d’un mètre seulement, les rend très instables. Tout cela forme un joli lagon, sorte de serre, caractéristique du cratère. Le jeu du ciel et des nuages, dans les parties du lac, le rende incroyablement beau.

Le long des roches, qui plongent dans le lac, d’anciennes terrasses sont recouvertes d’arbres ou peigné d’une sorte de laine verte. Dans les temps historiques, une variété d’arbres et d’arbustes exotiques ont été plantés dans des terrasses construites sur les pentes intérieures du volcan. A certains endroits les arbres sont blancs comme morts. Ce paysage devient fantasque et propice aux rêveries, au mysticisme et à la méditation. Un lieu de repos et de connivence cosmique. La sensation d’immensité et de calme vous plongent en vous et vous font oublier toutes peines.

Paris juin 2020 – voyage effectué en décembre 2010.

Liens :

Carte des sites : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Easter_Island_map-fr.svg#/media/Fichier:Easter_Island_map-fr.svg

Catégories :Amérique du Sud, Chili, ile de PâquesTags:, , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :