Tofino, balade en zodiac


Le jour où je suis partie de bon matin d’Ucluelet pour rejoindre Tofino par une route très brumeuse et où il faisait un froid de canard pour aller à la rencontre des ours bruns.

Il fallait du courage et surtout une bonne dose d’inconscience pour se balader si tôt. Mais qu’à cela ne tienne j’avais décider de voir les ours et les baleines. Une journée à consacrer à ces animaux – cela m’allait bien et me réjouissait pour sortir de mon lit douillet.

Quarante kilomètres plus loin, le ventre vide, et un café avalé avec un croissant, habillée, harnachée dans une combinaison orange pour sauter sur un zodiac et une matinée à la recherche de l’ours brun à travers les dédales des iles intérieures proche de Tofino.

Il n’en fallait pas plus pour me réjouir et partir haut les cœurs sur une mer grise, plate et glaciale. Heureusement nous avions bonnet de laine et gants pour nous protéger des morsures du froid, du vent et de la pluie.

L’après-midi serait bien meilleure mais pas aussi chanceuse en termes d’animaux.

Le brouillard nous entourait et nous foncions ventre à terre sur la mer plate et calme à la recherche des ours bruns. Le paysage était triste voire glauque et je me demandais dans tout ce cocon gris ce qui allait bien pouvoir ressortir. Allions nous voir des animaux qui comme nous devaient se protéger des morsures du froid et rester tapis dans les arbres.

Et puis tout à coup, au détour d’une baie, proche d’une forêt bien touffue que voyons nous au bord de l’eau : un ours et son ourson. De loin ils sont lilliputiens mais en s’approchant nous pouvons les voir. L’ourson en entendant le bruit des bateaux est allé se cacher dans les arbres et impossible de le déloger. Il pleurait et criait mais sa mère ours continuait son chemin le long de la berge pour manger des tous petits crabes qu’elle cherchait sous les pierres et les galets. Travail énorme que de soulever des grosses pierres et de chercher de quoi se nourrir et pouvoir donner à manger à son petit. Tant et si bien, qu’elle va s’éloigner de son ourson et le laisser seul à brailler. Très affairée par sa recherche de nourriture elle va vaquer à son activité. Puis au bout d’un moment elle va faire demi-tour et revenir vers le lieu où l’ourson attend.

Nous sommes repartis vers d’autres chemins à travers les iles intérieurs, toujours sous des cieux gris et brumeux. Vraiment un jour de tristesse qui ne nous a pas lâché de la matinée. Nous avons croisé d’autres zodiacs et puis surtout une « ile » flottante usine à poissons où ces derniers étaient nourris pour être exportés à terme. Cela sentait mauvais et prenait au cœur. Une envie de vomir vous prenait à la gorge.

Mais nous avons filé vers d’autres lieux pour apercevoir, niché sur la cime d’un arbre, un aigle. Ce dernier nous avait sûrement déjà repéré alors que nous ne l’avions pas encore déniché !

Pour finir par trouver sur le flanc de roches des éléphants de mer en train de dormir.

Nous sommes repartis pour éviter de les énerver pour finir par atteindre une autre berge où un ours se baladait tout seul. Lui aussi était très occupé à retourner les rochers pour attraper des petits crabes. Les ours ont l’air d’adorer les mini crabes. Nous aurons pu admirer son postérieur – il ne nous offrait que cela !

Puis nous avons pris le chemin du retour et le ciel commençait à nous offrir sa couleur bleue, la brume disparaissant et offrant des paysages de cimes montagneuses. Sur une autre berge un autre ours nous attendait très occupé à manger.

Nous sommes revenus vers la ville de Tofino, avons passé devant le phare, les maisons le long de la plage et sommes allés nous accoster au ponton. Le soleil commençait à percer.

Le temps de déjeuner, de faire un tour dans Tofino, d’admirer l’église, la vue sur la mer qui semblait irréelle et le petit musée d’art des premières nations, me voilà repartis pour de nouvelles aventures sur un bateau pour aller « chasser » les baleines.

Ceci est un bien grand mot car point de baleines en vue et surtout une mer déchainée qui nous en fait voir de toutes les couleurs. On pouvait mieux apprécier le paysage. En chemin nous avons croisé une queue de baleine et sommes parties à la recherche de la baleine qui a joué à cache-cache avec nous. Nous ne l’avons pas revue et elle s’est bien ri de nous ! Mais nous avons rencontré une jolie loutre de mer qui elle s’est donné un plaisir de nous accompagner et de nous montrer comme elle était belle. Elle mangeait quelque chose et tenait ce quelque chose entre ces pattes. Elle faisait la planche et nous regardait droit dans les yeux.

Puis nous avons à nouveau croiser un ilot où des éléphants de mer se bagarraient et dormaient – gros et gras !

Et nous sommes rentrés au port nauséeux. Nous avons pu voir un aigle qui jetait un coup d’œil aux alentours perché sur sa branche ;

regarder Tofino vue de la mer et apercevoir les bulles chambre d’hôtel sur le bord de mer.

Je suis rentrée à Ucluelet fourbue et j’ai fais un stop sur Long Beach pour regarder les vagues et la beauté de la plage immense de sable.

Une belle journée au grand air, un peu déçue il faut le dire de ne pas avoir vu de baleines.

Paris, Ile de Vancouver Mai 2019.

Catégories :Amérique du Nord, Canada, Non classéTags:, , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :