Un petit air de lavage à Lisbonne


Se promener à Lisbonne requiert de regarder où l’on met les pieds particulièrement avec la pluie qui rend les « galets » blancs glissants et prise de pieds !

Mais quand il fait soleil cette ville est une découverte. Chaque quartier a son caractère et se balader dans les ruelles vous permet de capter le charme de cette ville.

Santos m’a charmé avec son air de restauration à tous les coins de rues et surtout son air populaire qui trône encore avant la gentrification qui commence. La ville rajeunit et se boboïse à grands pas.

Mais à Santos on trouve toujours des coins de rues surprenants comme celui où les murs sont des lieux où sèchent le linge.

Dans le genre : draps qui sont pendus, culottes qui rivalisent avec tricots de corps, culottes de grands-mères toutes seules étalées sur les fils et retenues par des pinces à linge.

Tout un programme qui fait sourire et vous présente tout ce que Lisbonne peut bien porter de dessous affriolants ! Nous on n’a pas l’habitude d’exposer nos dessous dans la rue et de les offrir à tout venant ! Mais qu’à cela ne tienne les lisboètes s’en moquent. Il faut que cela sèche et au plus vite cela sera le mieux même si ça choque les étrangers !

Et puis à un coin de rue, après une fresque rosée représentant la vie de Lisbonne : nettoyage des rues, des poubelles et les gentilles dames qui se rendent au lavoir en portant de la nourriture sur leurs têtes.

Une porte en fer, au coin de deux rues, ouvre vers les lavoirs de la ville. Et encore de nos jours des femmes ou des hommes viennent laver le linge, des tapis et tutti-quanti dans cet endroit si bien caché des yeux. Un petit mystère comme sait si bien les dévoiler Lisbonne. On passe la porte, comme un voleur à qui on n’a pas dit de se glisser, et hop, nous voilà devant deux rangées de lavoir, à hauteur de femmes, pour qu’elles n’aient pas à se pencher trop et qu’elles puissent laver sans se tourner le dos ! Des bassins pleins d’eau propre, ou bien savonneuse, où le savon fait des ronds et marque l’eau.

Des bassins où des fils pendent le long des réverbères pour pouvoir mettre le linge propre à sécher. Tout un art d’être lavandière et puis c’est étonnant de nos jours de trouver un tel endroit alors que tout le monde a une machine à laver chez soi. Eh bien cela prouve que tout le monde n’est pas équipé.

Et puis ces lavoirs portent sur les murs des photos qui représentent les femmes venant laver le linge, lieu de conciliabules, d’échanges, de verbes hauts ou de silence confus ; bruit du battoir et de la brosse qui résonnent à l’oreille des laveuses et fait que le silence parfois s’instaure ; cancanages des femmes qui adorent colporter les nouvelles ou les ragots ; et puis l’effort et la sueur du travail bien fait qui va se retrouver le long des murs pour sécher au soleil.

Et le lieu est magique car on a une vue sur Lisbonne à côté du jardin en contrebas qui enveloppe la ville.

Où trouver ce lieu ? Camara Municipal de Lisboa en haut de la travessa do Pasteleiro donnant sur la rua das Francezinhas.

  • 2 énormes lavoirs, un grand jardin pour le séchage à l’air pur, des lavandières portugaises, tout cela en plein cœur de Lisbonne. Vous amenez votre tapis, ou votre couette. Tout est lavé à la main dans l’eau froide. Typique. Tapis entre 10€ et 50€ selon la taille.

Lisbonne, 26 novembre 2019

Catégories :Europe, Non classé, PortugalTags:, , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :