Lalibela – Ethiopie


IMG_6583

 

Pour atteindre ce lieu sacré il faut faire une randonnée en Ethiopie.

Ce lieu sacré se mérite surtout en cette période de janvier 2014 où il fait très chaud et les routes sont sèches et poussiéreuses.

On suit la foule et les animaux qui se rendent au marché et on tombe sur le miracle inattendu : Lalibela, sa triple croix orthodoxe visible au niveau du sol et la couleur sable rose qui la compose. Une des dix merveilles du lieu.

Cette cité monastique à 2630 mètres d’altitude dans la région d’Amhara en Ethiopie, à 500 kms au nord de la capitale Addis Abeba.

Pourquoi se rendre là ?

Eh bien parce c’est le plus grand centre chrétien orthodoxe d’Afrique et qu’il est constitué de 11 églises taillées dans la roche dont la plus importante à mes yeux est celle de Bete Giyorgis – Saint Georges (amharique : ). C’est la plus récente (13e siècle) mais la plus prégnante. Saint-Georges est le « patron céleste de l’Éthiopie« .

En Afrique il a été voulu de recréer une nouvelle Jérusalem car avec la montée de la foi musulmane, il devenait de plus en plus difficile de se rendre à Jérusalem.

Cette cité fait partie des monuments protégés par l’UNESCO.

La particularité de ces églises à Lalibela est qu’elles sont creusées dans la roche et que le niveau le plus élevé est le plus ancien là où se trouve le toit et la croix visible des humains.

Une très belle légende : Au 13e siècle le roi Lalibela reçut la mission de construire dix églises d’une seule pierre. Les anges vinrent à son secours et à sa rescousse pour établir ce site. C’est pourquoi nous trouvons dans une des églises en langue guèze (langue liturgique éthiopienne) la phrase suivante : « Ange Gabriel, intercède pour moi et donne-moi, en partage ton royaume. Pour moi, ton serviteur, le pêcheur est fautif. Lalibela. Amen »

L’église se trouve dans un puits trapézoïdal de 22 mètres par 23 mètres de côté creusé dans le tuf volcanique rose du plateau de Lasta. L’édifice suit un plan cruciforme (croix grecque) d’environ 11 m de côté (14 m pour le socle). Sa hauteur est de 11 mètres. 3 400 m3 de rocher durent être enlevés pour détourer l’église extérieurement et ainsi constituer la cour et ses environs, et 450 m3 pour sculpter et décorer l’intérieur de l’église. Elle est située un peu à l’écart à l’ouest des deux groupes (la « Jérusalem céleste » et la « Jérusalem terrestre ») des autres églises. Ce motif de la croix grecque est répété à l’extérieur trois fois sur le toit de l’église. Alors que les fenêtres inférieures de l’édifice sont de style axoumite, les fenêtres supérieures sont en ogive fleuronnée et rappellent celles de Biet Golgothà.

Lorsque vous arrivez sur le site la seule chose visible est la triple croix orthodoxe qui trône au niveau du sol et nous la rend proche. Rien ne vous dit que dix mètres plus bas vous avez l’entrée de l’église. La roche l’entoure et la protège. Plus vous vous approchez plus vous comprenez le vide qui entoure cette église. Vous admirez ces triples croix qui la dominent et surtout vous apercevez les gargouilles qui permettent à l’eau de s’échapper. La merveille est là et votre bouche en est ébahi. Vous en êtes tout ébaudit. Vos yeux se dilatent à cause de la luminosité crue et dure qui ne favorise pas la vision à 360° de cette merveille.

De cette hauteur vous regarder la nature rocheuse autour de vous – roche rose graniteuse, rêche sans aucune verdure à ses flancs. Seule la roche est là et un peu plus loin quelques arbres vous offrent l’ombre tant recherchée qui vous permettra de méditer en cet endroit, sans souffrir du soleil. On est comme aspiré par ce vide qui vous attire. On pourrait penser que nous pourrions nous élancer et sauter sur la triple croix mais que nenni le vide est proche et vous ne pouvez rejoindre ce lieu par les airs. L’Ange Gabriel protège ce lieu. Au dernier étage on aperçoit de très belles fenêtres en ogives fleuronnées.  De jolies guirlandes de fleurs ou feuilles ornent le dessus des ogives et une toute petite croix grecque orthodoxe surplombe. Et plus on s’approche du gouffre plus on découvre cette église rupestre monolithique.

Très lentement nous descendons dans la cavité rocheuse qui abrite l’église et nous découvrons à sa base des bassins creusés dans la roche avec des herbes hautes. Ce sont des lieux de récupération des eaux et de grands roseaux ou longues tiges vertes ont pris possession des lieux.

L’église en son intérieur est très simple : pas de sculptures, pas de peintures, rien qui ne puisse distraire le prêtre ou le croyant. Seul au plafond, chaque bras de la croix est coupé par une arche en plein cintre taillée dans le prolongement des pilastres qui s’élèvent aux quatre coins de l’espace central. On ne peut trouver plus simple apparat et pureté des lignes.

IMG_6616IMG_6605IMG_6606IMG_6604

Seul un prêtre avec sa croix nous attend derrière un tissu rouge moiré de fleurs dorées. Il est le gardien du temple et du calme du lieu. Rien ne peut vous distraire ! Seule la fraîcheur du lieu peut vous donner envie de remonter à travers les cavernes creusées dans la roche.

Et me revoilà sur la hauteur de l’église, à la chaleur qui vous liquéfie. Planquée sous un arbre je médite devant ce lieu époustouflant qui renvoie sérénité, apaisement et bonheur.

Non loin de là on peut voir et entendre le bruit du marché aux animaux. Mais je préfère rester seule à mirer ce site et à m’en imprégner pour le ressentir dans ma chair, dans chaque pore de ma peau, dans mon cœur et mon âme.

En s’asseyant, à l’abri du soleil, sous un arbre, sur un certain angle on ne voit plus que l’église, les montagnes environnantes, les arbres et forêts. Tout cela crée un moment hors du temps qui vous enivre. Aucune envie de bouger ni de heurter son âme. Juste rester là et regarder. Contempler, oublier que nous sommes un être humain. Juste s’engourdir du bonheur d’être là !

Et puis vient le moment de s’en éloigner et vous marchez. Mais votre regard revient toujours sur ce lieu et cette croix qui vous attire inexorablement. A chaque mètre que nous faites, vous vous retournez et vous inscrivez dans votre mémoire cette image de plus en plus irréelle.

Je n’oublierais jamais ce lieu qui symbolise la foi orthodoxe en Ethiopie. Magnifique lieu de prières et de fêtes orthodoxes.

Lalibela, Janvier 2014, Paris Mars 2019.

Catégories :Afrique, Ethiopie, Non classéTags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :