New-York – High Line Park


Il est un endroit le long de l’Hudson River où il fait bon se balader dans New-York – la high line. Sorte de coulée verte inspirée de René Dumont, construite sur la voie de chemin de fer, sur 2,3 kms. Un endroit où il fait bon marcher, respirer et regarder toutes les œuvres d’art qui la parcourent. C’est un lieu de promenade 100% verte et écologique. Et puis en matière d’architecture on y trouve tous les nouveaux styles avant-gardistes. Tant en termes d’immeubles d’habitations, que de bureaux ou de centres commerciaux.

Juste pour situer la High Line Park est construite sur la portion sud désaffectée de la West Side Line allant jusqu’à Lower West Side. Elle passe par Gansevoort Street, trois pâtés de maisons en dessous de la 14th Street, dans le Meatpacking District, à travers Chelsea jusqu’à la limite nord de West Side Yard sur la 34th Street près du Javits Convention Center. Je vous laisserais lire le panneau pris en photo sur l’histoire de la High Line.

Je vais vous raconter mon parcours à partir du Musée Whitney dans la portion sud et la remontée jusqu’au Vessel et plus loin. Cet endroit m’a complètement subjuguée et j’en garde un souvenir émerveillé par tout ce que j’y ai vu.

Alors on démarre ?

Pour être subjuguée il faut tourner la tête de manières différentes pour apprécier tout ce que l’on peut voir de cet endroit : le musée Whitney tout d’abord, puis les vues sur la rivière Hudson et puis sur toutes les œuvres d’art qui cheminent cet endroit.

On trouve le long de cette coulée verte les anciens rails qui par moment disparaissent ou réapparaissent. Ils peuvent être agrémentés de portes en bois blancs qui dessinent des femmes qui marchent en jolies tenues d’été.

Elles sont sous des arbres dont les feuilles viennent juste d’éclore et le ciel bleu rend cet agencement printanier et frivole. On se croirait à un défilé de mode. D’autres portes sont peintes en rouge, jaune ou bleu turquoise avec des femmes de couleur défilant dans leurs robes aux tissus africains – boubous rayonnants. Et sur une des portes un homme en tenue décontractée, avec les cheveux longs ramenés en chignon, marche d’un pas tonique. On se croirait toujours à un défilé de mode.

Et puis quand on approche du musée Whitney, on aperçoit dans les escaliers qui descendent pour rejoindre la rue en contre-bas, des drapeaux flottant au vent qui représentent des œuvres abstraites dans les rouges comme j’aime. Cela contraste avec les feuilles vert pomme et les arbres de Judée mauve.

Mais repartons dans l’autre sens et tournons le dos au musée. On marche le long de la High Line et on remonte vers le nord. Là on peut s’asseoir où l’on veut sur des bancs en bois, spécialement installés pour les touristes ou les New-Yorkais, pour profiter du soleil et de la vue, faire bronzette ou tout simplement se reposer. Les arbres sont là pour faire de l’ombre, en particulier en été où la chaleur est accablante. Et puis la verdure est la bienvenue tout le long de ce chemin qui traverse NY.

On peut admirer d’anciennes usines réaffectées en bureaux ou bien en appartements. Le quartier de Meatpacking, les anciens abattoirs en murs de briques rouges. Des ponts passent au-dessus de la High Line pour relier deux immeubles entre eux. Et on croise à nouveau une œuvre d’art : cette femme qui penche son corps et sa tête en arrière comme une danseuse posant devant un objectif.

De la High Line on traverse et passe au-dessus de grandes artères et on peut admirer du street-art comme le mur recouvert des portraits de Mère Theresa et de Gandhi les deux apôtres de la paix, de la non-violence et de la bienveillance envers les hommes. Les couleurs du dessin dans les roses et mauve attrapent le regard et retiennent notre souffle.

Et puis on continue la route et on commence à apercevoir les grands buildings qui ferment à un moment ce chemin. Réapparaissent les rails de la voie de chemin de fer et les herbes folles qui se donnent à cœur joie de pousser en cet endroit. Personne pour les arracher – vive le côté sauvage ! Le chemin rétrécit entre les arbres qui sont plus grands et plus touffus. On se bouscule et la foule est plus compacte à cet endroit.

Puis l’ouverture fait à nouveau surface, on fait face à des complexes immobiliers tous plus impromptus les uns que les autres. Ils ont des formes rocambolesques : pointus avec une avancée triangulaire en forme d’aéropage avec une antenne en diagonale comme une queue d’hélicoptère ! D’autres ont des formes déjantées – on dirait que le bâtiment danse et se courbe. Un mur nous rappelle que nous sommes à New-York city avec la statue de la liberté stylisée en différentes tenues avec des étoiles marquant surement les nombreux états composant les Etats-Unis. Avec le slogan « I lift my lamp beside the Golden door ». Je vous laisse découvrir l’explication de l’artiste.

Pas loin se trouve le visage d’un homme – on dirait le chanteur aux yeux différents- David Bowie – mais cela n’a rien à voir.

Une autre œuvre d’art, sur des piques, ornée d’escargot blanc, de couronne verte ou d’autres effigies se dandinent à cet endroit.

On longe enfin le musée du KGB (il faut le faire pour trouver ça à NY !) avec le drapeau communiste et les deux personnages russes. Juste au-dessus, un tolard sur le rebord de l’immeuble vous rappelle que le musée du KGB est bien là et vous somme de résister. Il est écrit la High Line résiste !

On passe devant une horloge qui marque 12h15 (heure à laquelle j’ai dû passer) où l’on peut lire en suivant les aiguilles d’une montre « organization » et vous intime l’ordre « Time to organize » ! Il est vrai que NY est le lieu favori de « time is money » ! Au cas où nous l’aurions oublié.

On peut même regarder l’empire state building avec ses jolis arcs avant la pointe si fine. Et on entre dans la partie où les immeubles sont tous différents et sortent de nulle part ailleurs. L’enchantement devant nos yeux ! Immeubles en étages comme des espaliers dont les vitres transparentes nous donnent la possibilité d’admirer les intérieurs quand ce ne sont pas les balcons ! Les tours carrées qui finissent en pointe, toutes plus hautes les unes que les autres ! C’est juste impressionnant et miroitant ! ça donne le tournis ! Et puis en bas de ces immeubles on voit une statue « Amor » puis « Love ». On relève le nez et on dirait des vagues dans l’architecture de l’immeuble. Captivant ! D’autres appartements font comme des U en forme horizontale avec des balcons en verre. Un autre monde nous entoure fait de verre et d’acier, mélange de notre époque et de temps « art modern ».

Et revoilà des œuvres d’art – nous avions oublié qu’elles existaient ! Mais elles sont sur notre chemin et agrémentent notre trajet.

Et la High Line s’incline vers la gauche puis vers la droite pour atteindre le centre commercial Hudson et surtout le nouveau Vessel. Avant de tomber dessus on traverse une forêt d’immeubles de verre, inclinés, hexagonaux qui se rapprochent dangereusement et donnent l’impression de se toucher. Vues de l’esprit ! Et dans un espace limité le Vessel apparait comme le Trésor à Petra. Et là on le voit monter, descendre car il bouge ! Il se balance et on a l’impression qu’il plonge sur l’esplanade. Toute la modernité et la créativité de NY se font jour ici aussi. Ce bâtiment en cuivre avec ces ascenseurs et ces escaliers donne le tournis ! J’ai passé un sacré moment à le regarder sur l’esplanade du centre commercial. Il brille, se reflète et reflète les mouvements de la foule. Il monte, il descend, s’écarte ou rétrécit. Vision de l’esprit et des yeux ou bien tout simplement mouvement imprimé par le bâtiment ? Je l’ai trouvé incroyable à cet endroit, entre les gratte-ciels et les arbres si frêles qu’il semble les étouffer et les avaler. Et les hommes et les femmes montent les escaliers ou bien prennent les ascenseurs ou escalators. Jeu de miroir se reflétant dans le cuivre et le soleil.

Et puis j’ai repris le chemin vers les voies de chemins de fer CXS transportation rail yards. Sorte de garage des rames de métro se succédant les unes parallèles aux autres, rangées en files indiennes qui miroitaient, se reflétaient les unes dans les autres et brillaient sous le soleil de plomb qui créait une réverbération. Et là un air de fête, comme dans les bals populaires, se faisait avec les fanions de toutes les couleurs qui volaient au vent. Là la route est moins belle, ouverte au ciel plombé de chaleur et longeant une grande artère, donnant une vue sur l’Hudson river à couper le souffle.

Hâte d’en finir et de sortir de ce long chemin car le soleil fracassait la tête des passants ! On débouche enfin sur la 34e Avenue.

Fin du parcours.

Un site utile : https://www.thehighline.org/

Et sur l’histoire : https://www.thehighline.org/about/

Enjoy the place to be !

Accès possibles :

West 16th, 18th, 20th, 23rd, 26th, 28th, 30th et 34th Streets

14th Street

Gansevoort Street

Si vous le pouvez, choisissez de passer par l’entrée du 10th Avenue Square. Les baies vitrées donnant sur la rue vous surprendront à coup sûr. Vous pourrez y voir toute l’agitation new yorkaise se déroulant juste en dessous et c’est assez unique comme sensation !

Aussi, notez que les ascenseurs se trouvent aux entrées situées sur la 14th Street, la 16th Street, la 23rd Street et la 30th Street, et que les toilettes sont au niveau de la 16th Street également. Et si vous avez soif, vous trouverez des fontaines à eau gratuites au niveau de Gansevoort Street ainsi que des 16th, 18th, 23rd et 30th Streets.

Aussi, notez que l’accès à la High Line est gratuit et accessible pour tous, puisque des ascenseurs sont à disposition.

 

NY, High Line, Mai 2019.

 

 

 

Catégories :Amérique du Nord, Etats-Unis, Non classéTags:, , , , , , , , , , , , ,

1 commentaire

  1. Merci beaucoup pour ce partage ! NY est une ville fascinante et grâce à cette chronique, je decouvre cette coulée verte.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :