Le train à travers le Canada – 2e partie


On prend son billet et on est dirigé vers des wagons aux noms évocateur de voyages : Cabot Manor, Amherst Manor, Château Maisonneuve, Château Varennes, Frontenac … de quoi rêver et faire un retour sur nos racines européennes ou sur les premiers arrivants européens.

On prend possession de son wagon, des places attitrées et l’on découvre son chef de wagon plus ou moins stressé au moment du départ. Il ou elle n’a pas la « sécheresse » de la « provodnitsa » russe mais n’en est pas loin !

Tous les touristes doivent avoir rejoint leurs places.

J’avais la chance de partager un « berth » avec quatre autres personnes. Des banquettes le jour qui se transforment la nuit en deux couchettes (une en bas et une en haut). Pour le lit j’ai eu celle du haut et j’ai joué de l’échelle !

La première chose que le voyageur envisage est de poser ses sacs et de parcourir le train pour comprendre où est le restaurant (manger est vital et un plaisir des papilles gustatives, surtout quand on a de délicieux plats concoctés par des chefs de cuisine) ;

où se trouve le wagon panoramique, un pour voir les paysages, deux pour prendre un thé ou un café, déguster des apéros, écouter de la guitare ou bien entendre des conférences et faire des photos, rencontrer des passagers et échanger avec eux ;

voir où se trouve le wagon boutique où l’on peut faire quelques emplettes et les wagons panoramiques dit skyline qui permettent de voir le train en hauteur.

Plaisir de la découverte avant le grand saut dans les kilomètres qui vont défiler devant nos yeux et que nous allons engloutir au fur et à mesure des jours à venir.

Allez c’est parti ! Le touriste trépigne !

Découverte des personnes qui seront vos compagnons proches de voyage, présentations puis découvertes des personnes autres. Et départ à travers le serpent de mer, pour le train panoramique, pour accéder aux paysages et découvrir la nature qui va faire partie de nos attractions du jour ; des couchers de soleil qui vont irradier nos soirées et des étoiles la nuit avant d’aller se lover dans nos confortables couchettes.

Se déplacer dans train n’est pas toujours évident : les cahots des rails, les virages qui font pencher le train et vous avec, la vitesse toute relative (60kms/heure) qui fait tanguer et l’étroitesse parfois des couloirs entre les sièges du wagon panoramique, les soufflets entre les wagons et surtout les couloirs biscornus des compartiments.

Mais on s’en sort et arrive indemne là où on doit se rendre. Cela fait partie de la joie de voyager en train !

Catégories :Amérique du Nord, Canada, Non classéTags:, , , ,

1 commentaire

  1. Fabuleux voyage ! Contente du partage !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :