Bayanzag – Mongolie


Dans le désert de Gobi, au nord-ouest,  se trouve deux lieux incroyables. L’un d’eux est Bayanzag qui veut dire en  mongol « riche en saxaoul ». Il est aussi connu sous le nom de « falaises rouges » ou des « Flaming Cliffs ».

Pourquoi « falaises rouges » ? Eh bien tout simplement par la couleur rouge, ocre ou orange des falaises de grès qui se teintent dès le coucher du soleil.

On le surnomme aussi le cimetière des dinosaures ! Vous verrez pourquoi plus loin.

Nous sommes arrivés sur ce site en pleine chaleur torride des deux heures de l’après-midi (36/40° plein soleil). En sortant du 4×4 nous avons été happées par la chaleur chaude qui vous entoure et vous fait sentir que l’on ne rigole pas. On cherche l’ombre des véhicules ou des stands des marchands pour touristes. Mais rien ni fait – Une seule envie partir au grand galop et se calfeutrer dans une yourte porte ouverte pour sentir le vent vous rafraichir !

J’ai pointé ma tête pour aller regarder de plus près le site mais j’ai fait demi-tour au galop car la chaleur accablante me cuisait ! Je suis retournée à la voiture, portes ouvertes pour me reposer et écrire. Ma comparse Cécile a fait un saut dans le grand vide pour voir ces falaises mais au bout de dix minutes elle a fait demi-tour. Retour à la yourte pour des moments plus cléments pour apprécier ce lieu.

Ce lieu est connu pour les découvertes de fossiles de dinosaures (os, œufs….) par le paléontologue américain Roy Chapman Andrews qui vint dans les années 1920 sur ce site. Il y découvrit un nid de dinosaures avec une couvée d’œufs. Ceci rendit la Mongolie et le désert de Gobi célèbre. Il y a plus de 70 millions d’années ce désert ressemblait à une forêt tropicale où déambulaient des dinosaures. On croit rêver lorsque l’on voit le paysage aujourd’hui. On y trouve aussi des roses des sables mais vu la chaleur accablante je n’ai pas joué les archéologues à la recherche de ces deux objets tant convoités !

https://www.youtube.com/watch?v=I03ntW0rEag

Puis vers 18/19 heures nous sommes repartis en 4×4 pour aller admirer ces falaises au coucher du soleil. Le chauffeur Bayeara m’avait donné le volant pour mener toute la petite compagnie à l’endroit tant convoité ! Conduire un 4×4 est un véritable amusement, surtout quand la piste est droite (encore faut-il savoir quelle voie prendre !), qu’il n’y a pas de nids de poule et qu’elle n’est pas détrempée. J’ai mené le véhicule à 60 kms/Heure jusqu’au lieu-dit avec l’aide de mon copilote et sur le haut de la falaise avec vue 360°. Je ne vous cache pas que j’aurais bien poussé la vitesse de manière plus grande mais Bayeara m’en a dissuadé ! Dommage ! Ce dernier était d’une confiance incroyable en ma conduite, assis en tant que copilote sur le siège avant, à côté de moi, les pieds en l’air, calés contre la porte du véhicule, vitre toute ouverte ! Je me suis arrêtée à un mètre de la falaise. Pour la deuxième fois de ma vie je passais le permis de conduire mais cette fois-ci dans le désert. Les quatre compères ravis de cet essai ! Moi aussi je ne vous le cache pas !

Je conclurais cette aventure par la citation de Roy Chapman Andrews  « Il y a une aventure à vivre dans chaque endroit et le monde est rempli de ces endroits ».

Un vent fou nous poursuivait et nous attendait sur le site. Sortant de la voiture le vent nous poussait et nous donnait des envies de voler au-dessus du site. Mais pas d’ailes ! Et pas envie de terminer écrasée en bas des falaises !

Et là on a assisté au plus beau coucher du soleil.

Là les falaises se sont colorées de la couleur du sable puis se sont orangées pour devenir rouge orange comme celles de Roussillon dans le sud de la France.  Petit à petit des dégradés d’ocre, de gris, de jaune pâle  ont fait leur apparition et le ciel d’un bleu flamboyant s’est couvert de nuages. Un voile puis une escadrille de petits nuages ont marqué le ciel.  Deux nuages en forme de cœur ont volés au-dessus de nos têtes. Le ciel devenait de plus en plus menaçant comme savent le faire les cieux mongols.

L’ocre des falaises est devenu de plus en plus foncé au fur et à mesure de la descente du soleil et de l’ampleur des couleurs du coucher de soleil. Le sable est ressorti sur les falaises rouges. Nous admirions Bayanzag avec des yeux d’enfants et tout est devenu rose comme les roses des sables. Dans un dernier salut,  le soleil et le ciel sont devenus mauve, roses et orange. Une merveille des yeux.

Aout 2018

Catégories :Asie, Mongolie, Non classéTags:, , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :