Le rocher des Chamans


Ce rocher, on l’aperçoit du haut de Khoujir, en particulier à côté des arbres saints presque pelés, déplumés par le vent, dont les troncs et branches atteignables par l’homme sont recouverts de rubans. C’est un lieu de pèlerinages, de vœux auprès des Dieux chamaniques. Chaque croyant vient déposer sur les arbres un bout de tissu, drapeau de prière comme pour les Bouddhistes. Mais avant ce dernier pose sa paume sur le tronc,  se recueille et accompli un vœu. On peut aussi découvrir ce lieu en pédalo, comme nous l’avons fait avec Alexeï. Et là c’est encore plus incroyable. On découvre la petite mer d’une transparence avec ses couleurs turquoise, verte claire et foncé près des baies, bleu foncé… et de l’autre côté les roches et montagnes pouvant atteindre 2000 mètres. Le monde du Baïkal est vu en hauteur et en bas. Il donne toute la dimension humaine entre l’esprit (doukh en Russe) et la réalité terrestre de l’humain et de l’humanité. Cette enfilade de roches, qui se termine par le rocher des Chamans, m’a donné l’impression de guider mes pas, petit à petit, vers l’esprit chamanique – le dragon marron dessiné sur le rocher et la représentation d’une tête d’homme – que je devais croiser sur mon chemin. On dirait que le rocher des Chamans veille au bien des hommes mais aussi sur la petite mer pour la protéger des destructions humaines. La légende veut aussi que les chamans avaient la possibilité de traverser la roche.

Au sommet d’un autre rocher on dirait qu’une tête de baleine s’est échouée, bouche ouverte,  et regarde la petite mer avec envie et soif. Les roches ressemblent à des animaux aussi, comme un écureuil, avec ses oreilles pointées, aux aguets.

Petite ou grande mer ou mer tout court sont les noms donnés par les Russes pour le lac Baïkal.

Le rocher des Chamans dit « Bourkhan » est un cap rocheux pyramidal dont le centre s’est écroulé, laissant un espace vide, rempli de caillasses. Ce lieu est sacré car le Dieu mongol fuyant les hordes barbares de Gengis Khan, se serait réfugié, ici, dans la grotte. C’est la demeure du Dieu du lac. Il faut dire que les locaux croient aux trois composantes de l’univers :

– Le monde supérieur, céleste, avec ses Dieux Tenguéri, et le créateur de tout Ethé Khaïran, le bienveillant qui crée vie et mort, richesse et pauvreté.

– Le monde terrestre représenté par les hommes et tous les êtres vivants ;

– Le monde inférieur est tout ce qui se trouve en souterrain. Il représente la demeure des esprits de l’enfer punissant les hommes de leurs péchés. Les esprits décident si une personne mérite la récompense ou la punition. Après la mort, l’âme se transforme en un oiseau, un animal, une plante ou devient une montagne, une rivière. On comprend pourquoi il y a autant de rivières qui affluent dans le Baïkal.

C’est pourquoi il faut respecter la nature,  veiller aux esprits et aux ancêtres en leur donnant quelque chose. Sinon gare à soi car les esprits sont fauteurs de troubles. Et alors le chaman, interviendra pour calmer et réparer les désordres occasionnés, les maladies. Le chaman est le guérisseur, l’intermédiaire entre les mondes.

Catégories :Europe, Non classé, RussieTags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :